70 années d'oeuvres ouvrières et syndicales

Hommage aux fondateurs et fondatrices hullois-es

La Confédération des travailleurs catholiques du Canada (C.I.C.C.) fut fondée en septembre 1921 lors d'un Congrès qui se déroula dans la ville de Hull. L'événement avait été notamment préparé par des citoyens ouvriers et cléricaux de Hull qui oeuvraient depuis déjà un bon moment à l'amélioration des conditions ouvrières et à la formation d'associations syndicales.

L'implication du clergé et plus particulièrement celle des pères Oblats (O.M.I.) avait permis l'établissement d'une nouvelle forme de syndicalisme, qui voulait se détacher des unions américaines et créer des organisations authentiquement canadiennes-françaises (pour reprendre l'expression de l'époque). Parmi les contributions les plus importantes des Oblats, on se doit de souligner l'acquisition par ces derniers, le 23 août 1920, d'un édifice situé au 4 de la rue Langevin à Hull. Nommé " La Bourse du Travail ", l'immeuble était, sans l'ombre d'un doute, destiné aux oeuvres ouvrières et syndicales. Il remplit pleinement ces fonctions pendant de nombreuses années.

C'est donc à la Bourse du Travail que s'est tenue le congrès de fondation de la C.T.C.C., en septembre 1921. Que la C.T.C.C. ait vu le jour dans la ville de Hull n'est pas le fruit du hasard. La mise sur pied de cette confédération de travailleurs est largement tributaire de l'effort de Hullois et de Hulloises qui souhaitaient offrir à leurs semblables les moyens d'obtenir la plus juste équité qui soit. Déjà à l'oeuvre dans leurs milieux respectifs, ces personnes furent des pionniers et pionnières de notre histoire syndicale, autant à l'échelle des grandes organisations qu'à l'échelle de la base, des petites associations locales.

Ainsi en est-il d'un personnage comme Achille Morin. Il fut avant tout un des douze ouvriers qui mirent sur pied en 1912, l'Association ouvrière de Hull, dont il fut président fondateur. À la fondation de la C.T.C.C. en 1921, il en est le premier vice-président. Une de ses plus importantes réalisations, pour les gens de Hull, fut la construction et l'établissement de l'École technique, sise sur la rue Wright, entre les rues Leduc et St-Jacques. Cette école ouvrit ses portes en 1924 et dispensa pendant plusieurs années une formation qui permit à de nombreux Hullois d'apprendre un métier et d'élever ainsi leur niveau de vie grâce à de nouvelles compétences. Achille Morin fut aussi échevin du quartier Montcalm, du 23 mai 1932 au 20 avril 1955.

L'oeuvre de ces citoyens était gigantesque et les retombées qui en découlèrent l'étaient tout autant. Une pionnière hulloise de cette époque est sans contredit Donalda Charron. Elle était contremaîtresse chez les allumettières de E.B. EDDY. Ces travailleuses, qui s'étaient regroupées en association vers 1919, vécurent un premier conflit de travail cette même année. C'est cependant celui de 1924 que l'histoire du Québec a davantage retenu. Mademoiselle Charron était alors présidente de ce syndicat et symbolisa le courage de ces femmes. Le conflit fut marqué d'une grève et d'une contre grève. Heureusement, grâce à la ténacité des allumettières, à leur solidarité, et à l'aide de la Ville de Hull, le conflit connut un dénouement heureux pour les travailleuses.

La vie syndicale à Hull bénéficiait donc d'un lieu commun où il était possible et plus facile de créer et d'entretenir des liens entre les groupes de travailleurs. En 1922, la Bourse du travail logeait quinze syndicats nationaux et catholiques, un gymnase que l'on convertissait plus souvent qu'autrement en grande salle de réunion et un bureau de placement. On y dispensait aussi des cours du soir. Cette dernière oeuvre, soit celle de la formation complémentaire, occupait une place importante au sein de la C.T.C.C. et des conseils centraux comme celui de Hull. À la Bourse du Travail, on trouva donc pendant de nombreuses années des cercles d'études, des cours en syndicalisme offerts par le Centre social de l'Université d'Ottawa, des cours de budget familial, et même une école de sociologie populaire.

L'édifice fut vendu en 1946 et les activités syndicales de la C.T.C.C. puis de la C.S.N. déménagèrent successivement dans " la petite salle " sur la rue Notre-Dame, à côté de l'ancien presbytère, puis sur la rue Eddy et sur la rue Lois. La ville de Hull accueillit quatre congrès de la C.T.C.C., soit en 1921, en 1935, en 1941 et en 1948.

Pour ces pionniers, la vie syndicale avait son importance au-delà des règlements de griefs, des relations de travail avec l'employeur, ou des conventions collectives en négociations. Pour beaucoup, c'était un mode de vie communautaire et social marqué par l'entraide, et dont le but ultime était l'amélioration de la qualité de la vie de tous et de toutes.

L'exposition veut rendre un hommage à toutes ces femmes et à tous ces hommes gui bâtirent à travers leur quotidien notre héritage d'aujourd'hui. Au-delà des grandes analyses des mouvements sociaux et historiques qui expliquent notre histoire syndicale, la Confédération des syndicats nationaux est d'abord tributaire de ces personnes, de ces lieux, de ces vocations, de ces heures innombrables consacrées au mieux-être collectif. Merci à nos prédécesseurs, ils ont toute notre reconnaissance.

Quelques références utiles ayant servi à l'exposition

C.S.N.-Service de la documentation, 1601, avenue deLorimier, Montréal (Québec) H2K 4M5
Archives Deschâtelets, Université Saint-Paul,175 rue Main, Ottawa (Ontario) K1S 1C3
Archives nationales du Québec, Bureau régional de l'Outaouais, 170 rue de l'Hôtelde-Ville, Hull (Québec) J8X 4C2
Bibliothèque municipale et archives au Bureau du Greffier, Ville de Hull, 25 rue Laurier, Hull (Québec) JSX 4C8
Périodiques consultés: Journal LeDroit; L'Apostolat des O.M.I.; Le Travailleur / Le travail et la vie syndicale.
Chantal BERNIQUEZ :

Emma Massie l'enseignement et les associations; Hull, MédiaRecherche enr., 1990; 168 pages, pages 68 à 72.

Joseph BONHOMME, O.M.I.:

Notre-Dame de Hull (...); Ottawa, Guillaume Forbes Archevèque d'Ottawa, 1931; 126 pages.

Serge LALONDE:

" La condition ouvrière à Hull, de 1919 à 1929 " in Outaouais Le Hull industriel; Hull, Institut d'histoire et de recherche sur l'Outaouais inc., 1986; le volume est intéressant dans son ensemble, 104 pages.

Michelle LAPOINTE:

" Le syndicat catholique des allumettières de Hull, 1919-1924 " in Revue d'histoire de l'Amérique française; Québec, Institut d'histoire de l'Amérique française, volume 32, numéro 4, mars 1974; pages 603 à 628.

M.-Ludovic MALTAIS, O.F.M., B.A.:

Les syndicats catholiques canadiens; Washington (D.C.), Université catholique d'Amérique, 1925.

Jacques ROUILLARD:

Histoire de la CSN (1921-1981); Montréal, Boréal Express, 1981; 335 pages.

Jacques ROUILLARD:

Les syndicats nationaux au Québec de 1900 à 1930; Québec, Les Presses de l'Université Laval, 1979; 342 pages.

Photos: Studio photographique Projection plus

Coordination: MédiaRecherche enr.

Septembre 1991

L'exposition " 70 années d'oeuvres ouvrières et syndicales "

est une réalisation

du Service des communications

et du Comité du patrimoine

de la

Ville de Hull

L'exposition se déroule du 17 au 21 septembre 1991

au Palais des Congrès de Hull

puis se déplace dans le hall d'entrée

de la maison du Citoyen

pour se poursuivre du 23 septembre au 25 octobre 1991.

Nos remerciements les plus chaleureux à certains anciens qui ont bien voulu nous accorder leurs témoignages et certaines de leurs vieilles photos: M. Armand MORIN, M. Raymond HARPER, M. François BILODEAU, M. Robert BOUCHER, M. Jean-Paul CHARRON, ainsi que tous nos collaborateurs et collaboratrices pour leur précieuse aide.